L’Aïki-taï-dô ?

Découvrez notre nouveau Web site : http://aikitaidovannes.free.fr

Aïki-Taï-Dô signifie éducation physique, mentale et morale

  • Origine

L’AÏKI-TAÏ-DÔ qui n’est ni d’origine japonaise ni même asiatique, est un art martial français. Il se pratique dans un esprit de recherche de soi-même et pour le bien des autres. C’est un sport d’origine Française créé en 1973 par M. Gilles PERRIER.

Les pratiques séparées des différentes disciplines d’Arts Martiaux le laisse insatisfait, certains Arts martiaux privilégiant la compétition, d’autres évoluant vers l’esthétisme et l’expression corporelle au détriment de l’efficacité. De plus, il constatait que les arts martiaux enseignés en France et en Europe en général, négligeaient l’esprit du Bushidô (le code d’honneur) qui enseignait l’éducation morale, l’honneur, l’entraide et le dévouement.

Ces constatations l’ont amené à créer l’Aïki-Taï-Dô.

 

Fondateur Discipline G. Perrier

Gilles Perrier

L’Aïki-Taï-Dô poursuit une vocation éducative pour tous, adultes et enfants, à qui il espère apporter bien-être et équilibre. L’Aïki-Taï-Dô ne comprend aucune compétition. L’Aïki-Taï-Dô se pratique habituellement en salle d’Arts Martiaux et en kimono mais peut aussi se pratiquer en plein air en survêtement ou même en tenue civile.

En Aïki-Taï-Dô, il n’y a pas de compétition, pas de combat, Chacun progresse à sa vitesse, le parcours étant jalonné par des repères pédagogiques reconnaissables à la couleur des ceintures: blanche, jaune, orange, verte, bleue, marron, traits rouge noir rouge (collés), traits rouge blanc rouge (collés).

  • La méthode

L’originalité de la méthode repose sur une trilogie, respectée à chaque entraînement et qui se développe selon trois axes suivants :
1. Gymnastique préventive et de santé : – assouplissements – postures – respiration – concentration.
2. Self-défense, issue de la synthèse de plusieurs arts martiaux : notion légale de légitime défense d’où riposte proportionnelle à l’agression (code pénal), techniques de : – frappes style karaté et boxe française, – clés style aïkido,- défenses rapprochées style judo et lutte,- utilisation de kobudo (bâton court ou long, canne, sabre, tanto, nunchaku, tonfa etc…).
Il n’y a pas de compétition, pas d’apprentissage de coups mortels mais une étude poussée des points vitaux très douloureux qui ne provoquent pas de lésions irréversibles.
3. Conseils de secourisme : – notion légale d’assistance à personne en danger, devoir moral à l’issue desquels les pratiquants sont encouragés à obtenir l’AFPS auprès des organismes compétents.